top of page
signal-2023-07-20-161521_002.jpeg

MOUVEMENT FLAMAND

La suppression de la langue flamande est très ancienne. Elle commença avec le gouvernement de la Maison de Bourgogne et se poursuivit sous tous les changements de gouvernement. Elle fut très sévère sous le joug espagnol et autrichien1), mais plus sévère sous celui de la République française et de l'Empire français2).

 

Lorsque, par le traité de Londres du 7 juin 1815, la Belgique fut réunie à la Hollande, sous le nom de Royaume des Pays-Bas et sous le gouvernement de Guillaume Ier d'Orange, la langue flamande, qui n'était et n'est actuellement aucune autre que les Néerlandais, rétablis dans leurs droits 3).

 

Elle, langue maternelle de la majorité de la population, était reconnue comme langue de l'État, du droit et de l'enseignement, tandis que la langue française ne rencontrait aucun obstacle dans les régions francophones et wallonnes du pays4). Malheureusement, cette première et heureuse opportunité de libre usage de la langue maternelle depuis des siècles a été ignorée.

 

La crainte du clergé catholique à l'égard des idées protestantes, généralement libres, qui pourraient se propager pour une langue et une littérature communes aux Néerlandais ; en outre, les turbulences intéressées des étrangers et la jalousie des autres États envers le développement du jeune empire en un voisin puissant, ce qui pourrait même mettre en jeu la seule domination de la mer, enfin les erreurs et la témérité du gouvernement néerlandais. elle-même l'a amené à ce point qu'il est devenu possible qu'en 1830 la Belgique se soit séparée de force de la Hollande et, malgré tous les traités, cette séparation s'est produite. Le Congrès belge éleva le prince LEOPOLD de Saxe-Cobourg au rang de roi le 4 juin 1831 et les puissances médiatrices reconnurent la Belgique comme royaume le 15 novembre de la même année.

Étant donné que la population française et wallonne avait été principalement active pendant la révolution et que les Français les avaient aimablement aidés en tant que voisins, l'élément français a naturellement conservé le dessus dans la nouvelle organisation des affaires, et les Flamands ont accepté, en partie par peur. , en partie par cécité. Tout était organisé à la française : la cour française, l'argent français, la loi et l'ordre français, la législation française, l'administration française, le droit français, l'armée française, les académies françaises, les collèges français, les écoles françaises ! La langue française est devenue celle de l'État, malgré le fait que l'article 23 du règlement de l'État précise : "L'Emploi des langues usitées en Belgique est facultatif; il ne" être reglé que par la loi, et seulement pour les actes de l'autorité publique et pour les affaires judiciaires1).

1) Déjà le 16 octobre 1830, l'Administration provisoire de l'armée décrétait : « La langue française, étant la plus généralement répandue en Belgique, sera la seule employée dans les commandements », et l'insistait à nouveau le 27 octobre 1830. Elle ordonnait le 16 novembre 1830 : "Le bulletin officiel des lois et actes du gouvernement sera publié en français."

 

Seuls les gouverneurs des régions flamande et allemande étaient autorisés à ajouter une traduction aux annonces. Le 7 février 1831, la réglementation constitutionnelle est accompagnée de l'article 23, ouvert à l'interprétation arbitraire ! Le Roi LÉOPOLD se prononça finalement quant à « la sanction et la promulgation » de la loi : « Les lois seront insérées au Bulletin officiel, immédiatement après leur

En substance, cela garantit l'égalité des droits aux trois langues de Belgique (flamand, français et allemand). Cependant, le gouvernement, avec ses fonctionnaires et tous les Belges qui en dépendent, a rendu cela facultatif (libéré du consentement de tous), applicable uniquement à lui-même ; La liberté de langue n'a jamais été réalisée pour les Flamands et n'a jamais été réglementée par la loi, comme le prescrit l'article de la Constitution. Et les Flamands en étaient contents ! HÖFKEN fait à juste titre le commentaire à ce propos : Ce joug en partie auto-imposé était entièrement conçu pour opprimer la population germano-néerlandaise de Belgique dans « un état d'immaturité humiliant », dans une condition hilote, qui sape le sens de l'honneur et de la fierté. les nobles et les bienveillants parmi eux. "Quelle que soit la liberté réelle du peuple, elle est totalement incompatible avec la suppression de la langue populaire, même si le gouvernement rédigé et exécuté dans une langue étrangère était le plus libre qu'on puisse imaginer!"

Quelle injustice flagrante a été et reste de priver un peuple de sa langue, de le rendre égal à sourd-muet, cela ne devient clair que lorsque nous apprenons la mauvaise relation qui existe ici entre les Français au pouvoir et les Flamands opprimés.

En 1824, dans les provinces néerlandaises du sud, telles qu'elles existaient par suite des décrets royaux du 15 septembre 1819 et du 26 octobre 1822, il y avait plus de 2 millions d'habitants flamands et seulement 1 million promulgués. , suite à une traduction dans le pays. ou allemand, pour les communes où l'on parle ces langues; le texte français demeurant néanmoins seul officiel. » Le Congrès fit preuve de son grand savoir en exposant les motifs qui l'ont amené à rédiger la loi du 16 novembre 1830 :Considérant, d'autre part, que les langues flamande et allemande en usage parmi les ,, habitants de certaines localités, varient de province à province, et quelquefois ,, de district à district, de sorte qu'il serait impossible de publier un texte officiel des lois et arrêtés en langues flamande et allemande."

et 121 000 qui parlaient français et wallon. Celles-ci étaient, selon WILLEMS, (Verhandeling over de Nederduytsche Taelen Letterkunde. 2o Part, page 384) divisées en différentes provinces comme suit :

Selon le recensement de janvier 1838, le Royaume de Belgique comptait 4 262 260 habitants. Si l'on en soustrait le Grand-Duché de Luxembourg, il en reste 4 millions, et si l'on divise à nouveau ce chiffre entre les différentes provinces, il s'avère que sur environ 24 millions d'habitants, le flamand est la langue maternelle et seulement 14 millions parlent le wallon et le français.

.....

1853.

Le fonds WILLEMS peut espérer une participation toujours croissante. Le nombre de ses membres s'élève à 98. Cette Association a déjà publié neuf ouvrages de contenu différent pour le bénéfice du peuple.

L'Association des étudiants amateurs de langues de Gand publie son premier Almanach étudiant, qui paraît cette fois sous le titre Jaerboeksken de 1854 (Gand, E. VAN DER HAEGHEN). A Bruxelles, ça voit le jour :

L'importation de la langue flamande au point de vue nationale, littéraire, religieuse et morale. (Par KERSTEN.) Bruxelles, H. GOEMAERE, 1853. (84 pages)

Aux Pays-Bas aussi, il y a une plus grande participation au mouvement flamand et on en parle davantage dans les journaux. Ce sujet est délibérément traité dans un bref ouvrage ; il est intitulé : « Le mouvement flamand ; par O. VAN REES. Utrecht, w. H. VAN HEIJNINGEN, 1853. » (23 pages)

 

Même en Flandre française (dans l'arrondissement de Dunkerque et Hazebrouck dans le département du Nord), l'amour pour le flamand, qui est encore aujourd'hui la langue maternelle, se réveille.

 

Un Comité flamand de France est créé à Dunkerque le 10 avril 1853 et le ministre en ratifie les statuts le 24 août. DE COUSSEMAKER, juge à la Cour de Justice de Dunkerque, en est le présidentet JACOB GRIMM est nommé président d'honneur. Le 21 novembre, le Président d'honneur GRIMM prononce un discours de remerciement pour l'hommage qui lui est rendu, dans lequel il dit entre autres : "La faculté vitale" de l'idiome flamand doit étonner ; Après tout, l’influence de la langue dominante sur la langue française est préservée et le noyau de l’histoire est populaire. J'applaudis à toutes vos // investigations; votre sol est fécond et presqu'intact, vous ne "manquerez point de faire une abondante récolte."

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Instagram
bottom of page