top of page

60 ans du Club flamand des Arts, des Sciences et des Lettres
 


Avant-propos


Nous préférons laisser l'écriture de l'histoire et la recherche de données historiques qui illustreront la réalité du Club flamand à Bruxelles dans 60 ans à des spécialistes tels que M. Hugo Reinhard, président des Archives et du Musée de la Vie flamande. Bruxelles et M. Ronald Boon, directeur des mêmes Archives et Musée.


Leur récit et leur rapport suivent dans les pages suivantes et nous ne sommes que trop conscients des difficultés liées à l'accomplissement d'une telle mission et des accusations évidentes de reportage incomplet ou éventuellement tendancieux. Nous savons qu'un tel rapport ne peut être qu'incomplet et que les reportages, à certains endroits, ne peuvent être que tendancieux. 60 ans d'existence, c'est long, mais lorsqu'on doit écrire l'histoire, on trouve parfois peu de données, surtout si, comme ce fut le cas au Club flamand, aucun journal n'a été tenu et les rapports annuels ne rapportent que quelques données d'une certaine période. sur les activités du Club. Je m’en débarrasse volontiers et facilement en écrivant, et je le dis sincèrement, je ne crois pas à la véritable écriture de l’histoire.
Ce en quoi je crois, c’est l’historiographie de l’évolution d’une idée, d’un peuple, d’un pays, d’une manière sur-humaine, indépendamment de toute historicité et folklore temporaires, aussi sérieux et dramatiques soient-ils décrits par la suite.


Nous ne croyons pas à l’histoire correcte de la dernière guerre mondiale, par exemple, et ceux qui se sont compromis avec les forces d’occupation sont les mauvais parce qu’ils sont assimilés à ceux qui ont perdu la guerre. Aujourd'hui, il est vrai que celui dont l'ancêtre a servi dans l'armée de Napoléon est considéré comme quelqu'un. Mais quelqu’un qui a servi du côté des perdants pendant la Seconde Guerre mondiale est automatiquement un méchant, quelle que soit l’idée pour laquelle il a travaillé.

Ce qui me révolte, cependant, c'est que l'histoire humaine et les aspects folkloriques pertinents donnent naissance à l'âme d'une communauté et désavantagent culturellement son développement.
Cela s'est également produit un temps avec le Club Flamand. Mais il y a surtout l’idée de conscience flamande et de lutte pour l’émancipation, sur laquelle le Club flamand a travaillé depuis sa création et sans hésitation pendant ses 60 ans d’existence, fidèle aux principes établis à sa création.
C'est pourquoi je prends sur moi de caractériser l'histoire du Club flamand en quelques phrases, indépendamment des personnes et des faits, indépendamment du temps et des préoccupations historiques, de la conscience et de la résurrection et de la contribution à cela à l'amélioration de notre peuple. aidez-le à le sauver de la ruine et du déclin culturel. Cependant, il ne sera jamais possible d'écrire exactement quelle a été la véritable contribution du Club flamand au maintien de la communauté flamande à Bruxelles et à la sauvegarde du patrimoine culturel. Je ne peux que témoigner de mon effort personnel et convaincu à cet égard et de celui de mes prédécesseurs immédiats en tant que président du Club flamand, ainsi que des nombreux membres du conseil d'administration et des membres du Club flamand, qui ont chacun contribué avec leur propre style et leurs capacités. .


Nous avons désormais notre clubroom sur la Grand Place de Bruxelles et ressentons plus qu'avant le pouls de Bruxelles, métropole et capitale de l'Europe depuis la Van Praetstraat. Au milieu du creuset des cultures, nous vivons en paix et nous efforçons de nous renforcer dans notre propre expérience culturelle et de la transmettre aux autres, non pas pour conquérir ou se surpasser, mais dans l'espoir d'une appréciation et d'un respect mutuels pour l'expérience mutuelle dans notre propre culture et notre propre nature. Les données historiques obtenues sur le Club flamand montrent que le Club a toujours adopté une attitude pluraliste, que chaque orateur ou visiteur puisse s'exprimer librement et pleinement. L’institution a toujours été apolitique mais pas antipolitique, notamment en ce qui concerne la politique flamande. Le Club flamand est ainsi devenu une plateforme de présence flamande à Bruxelles et d'expression intellectuelle dans les arts, les sciences et les lettres.


Le Club flamand est réputé élitiste. Il est certes élitiste dans le choix des sujets et des intervenants, mais pas dans le choix des membres du club. Naturellement, au vu de ses objectifs, le Club flamand attire moins de jeunes dans ses activités hebdomadaires, compte tenu du niveau des thèmes programmés. Le Club contacte les jeunes à travers ses concours de poésie et l'a également fait dans le passé à travers des fêtes d'enfants. Mais elle s'adresse régulièrement principalement aux adultes, et elle veut nourrir le patrimoine intellectuel flamand avec l'espoir d'une réelle contribution, pour parachever l'émancipation et l'élévation culturelles dans une Europe culturellement régionaliste.

 

J.Vleugels

Président du Club Flamand de K.W.L

20230719_212318_edited.jpg
bottom of page