top of page

75 ans du Club Flamand 1923-1998

Les origines et les premières années du Club Flamand
Le Club dont rêvait Ernest Claes est désormais né.
Le 5 juillet 1923, une association à but non lucratif est fondée sous le nom de « Club Flamand des Arts, des Sciences et des Lettres », ayant son siège social dans l'Agglomération de Bruxelles.
L'objectif de l'association est de promouvoir les arts, les sciences et les lettres, et à cet effet de mettre à disposition des logements dotés d'une salle de réunion, également adaptée aux conférences, concerts et expositions. salle de lecture, bibliothèque, etc. Ils souhaitent promouvoir l'image culturelle flamande, non seulement à Bruxelles, mais dans toute la partie flamande du pays. Par ailleurs, les relations internationales doivent également être promues en organisant des activités dans une perspective européenne et internationale.
Les statuts sont publiés à l'annexe du Moniteur belge du 28 septembre 1923.
L'acte de fondation du Club Flamand est dressé dans l'appartement du Dr. Van der Ghinst, ceci suite à une réception. Le Club regroupe un certain nombre d'intellectuels flamands. Le premier tableau voit
ressemble à ça:


Président : A. Vermeylen
Vice-présidents : A. Carnoy et F. Toussaint van Boelare Secrétaire Dr. I. Van der Ghinst
2ème secrétaire : E. Claes
Trésorier : A. Hegenscheidt
2ème trésorier : T. Zels Commissaires : E. De Veen, R. Hoornaert, O. Wattez.


Au cours de son existence, le Club flamand peut être fier du fait que pratiquement toutes les personnalités flamandes importantes ont été membres du Club, ou du moins y ont été présentes à plusieurs reprises. Quelques noms de la première période : J. Kuypers, J. Grauls F. De Backer, J.A. Van Acker, Karel Reinhard, R. Jonckheere, J. van Severen, J. Hoste, Jef Mennekens, Maurice Roelants, J. Boon, R. Verdeyen et bien d'autres.
Non seulement les Bruxellois flamands font partie du Club flamand, mais de nombreux Flamands non bruxellois en sont également membres. Ces membres extérieurs paient la moitié de la cotisation. Malgré les trajets parfois longs, ils restent des visiteurs fidèles et assistent régulièrement aux soirées du club. Ces soirées seront organisées dans un premier temps tous les lundis. Les premières années, ce sont des réunions d'amis, où, en plus d'une bonne quantité de liquide spiritueux, on discute aussi beaucoup. Les premiers membres sont souvent des hommes de lettres. L'histoire est racontée à partir de son propre travail. Peu à peu, on prend conscience qu'il faut aller plus loin et d'autres sujets sont également abordés.
Quelques exemples des années 1924-1925 :
Prof. Colenbrander à propos de « L’avenir de la culture flamande néerlandaise »
Prof. Vermeylen à propos du « Symbolisme » Prof. Hegenscheidt sur «La question occidentale considérée géographiquement»
E. Verheyen (inspecteur) à propos de «Éducation Jan Grauls à propos de «L'Afrique noire, les peuples et la langue» Prof. Sluyterman à propos de "Le développement du Binnenhuis néerlandais>
Herman Teirlinck à propos du «Théâtre»>.
Jos Vleugels, président depuis 1976, a beaucoup à dire lors des présentations des nombreuses activités du Club flamand,
Les intervenants ne sont pas que des membres du club. Plusieurs personnalités éminentes du pays et de l'étranger sont attirées. En règle générale, les présentations se déroulent en néerlandais. Il arrive pourtant que des locuteurs s’expriment dans leur langue maternelle. Au Club flamand, vous pouvez aussi parfois entendre du français, de l'anglais et de l'allemand.
Les présentateurs reçoivent naturellement des honoraires. Avant la Seconde Guerre mondiale
cela équivaut à environ 200 BEF. Le président de l'époque, Van der Ghinst, avait également cette somme en poche lorsqu'il remercia M. Hoornaert pour sa conférence du 3 avril 1932. Cependant, ce dernier estime que l'argent ne fait pas le bonheur et demande à la place 3 bouteilles de whisky.
Il existe 2 centres à Bruxelles où se rencontrent les Flamands. D'un côté il y a le Club Flamand qui se réunit le lundi soir, de l'autre il y a le groupe autour d'Herman Teirlinck, le "Mijol", qui se réunit le vendredi soir.
Au cours des premières années qui ont suivi la création du Club flamand, le nombre de membres s'est rapidement élevé à 100. Le conseil d'administration voit une cinquantaine de ces membres chaque soir du Club.

 

Le nombre de membres évolue :
Année du club

1934-1935 : 123 membres

1938-1939 : 212 membres
1948-1949 : 323 membres
1951-1952 : 278 membres
1939-1940 175 membres

Déc. 1945 82 membres
1947-1948 245 membres
1958-1959 : 383 membres
1963-1964 : 438 membres
1968-1969 303 membres


On assiste donc à une augmentation constante du nombre de membres jusqu'à 212 en 1938- 1939. La période de guerre constitue un point de rupture. Ensuite, ça remonte très vite. Une légère réduction peut être observée dans les années 1949-1952. Au début des Golden Sixties, le nombre de membres du Club flamand a également explosé. En 1963 le Club comptait 445 membres + 120 membres de la famille. Parmi eux, 180 sont des femmes. La baisse du nombre de membres vers 1968-1970 peut trouver son origine dans la montée en puissance d'une série de centres culturels autour de Bruxelles.
Quand on regarde maintenant l'âge des membres du Club flamand, on remarque que la plupart sont d'âge moyen. Les statuts stipulent que l'âge minimum d'admission est de 18 ans. Pourtant on trouve peu de jeunes entre 18 et 30 ans. Quelle est la cause de cela?
La cotisation ? Lors de la création du Club Flamand, cela s'élevait à 100 BEF par an. En 1932, il fut porté à 200 F. Après la Seconde Guerre mondiale, il était de 300 F. Par la suite, il augmenta un peu plus rapidement : 1975 : 1 000 F ; 1977 : 1 200 F ; 1982 : 1 500 F.

 

Le caractère élitiste du Club flamand ? Peut-être devrions-nous d'abord nous poser la question : le Club flamand est-il un club élitiste ?

 

Certains membres disent non, d'autres ne s'expriment pas. Il est vrai qu'il n'est pas facile de mettre un pied au Club flamand, mais une fois accepté, l'ambiance semble être agréable.
Le président d'honneur Ivo De Nys l'a également mentionné dans son discours occasionnel du 18 avril 1983 à l'ouverture solennelle du 60e anniversaire.


Ce qui m'a toujours préoccupé depuis le début de ma vie de club, c'est l'accueil au Club, l'approche des nouveaux et/ou très jeunes adhérents. Ma femme et moi avons également eu des difficultés avec cela lorsque nous, néophytes, sommes venus ici trois fois sans jamais avoir la parole à personne. C'est le président Leo Van Hoorick qui, à la dernière minute de notre décision de rester absent, a été le premier à nous parler et à nous impliquer dans des discussions avec d'autres membres. Cela aide
les nouveaux membres ont besoin d’un coup de main.


De gauche à droite : Ivo De Nys, président 1974-1976, Maurits Naessens, membre du conseil d'administration, année du club 1978-1979, Jos Vleugels, président de 1976 à aujourd'hui ; Jeroom Depraetere, président 1971-1974
Il faut cependant reconnaître que tout le monde ne se sent pas chez lui au Club flamand. Les membres ont tous une certaine éducation et formation. Les sujets abordés lors des conférences sont également d'un haut niveau. Et ils veulent certainement perpétuer cela. Est-ce que ce haut niveau intellectuel recherché consciemment freine les jeunes ?


Enfin, il faut aussi se demander si les jeunes sont toujours autant intéressés par les clubs et la vie associative. Ils redoutent de se retrouver un soir par semaine, avec les mêmes personnes, dans la même pièce. Préféreraient-ils plus de variété ?

Les questions restent ouvertes.
 

Le passé nous montre que dès le début du Club flamand, les jeunes n'étaient pas présents. Ils ont leur propre club, le club Piccolo, fondé par Willem Pelemans (secrétaire de 1927 à 19311). Le club Piccolo existe complètement séparément du club flamand. Ils ont leur propre président, Willy Weemaes, cousin de Herman Teirlinck. donnent leurs propres conférences et se réunissent bien sûr un jour différent de celui du Club flamand, mais ils utilisent la même salle
Même si l'on peut certainement dire que l'élite flamande de Bruxelles est membre du Club flamand, cela ne signifie pas que tout est flamand et que tout le monde parle néerlandais au sein du Club.
Les membres du conseil d'administration, eux-mêmes d'éminents Flamands, sont parfois mariés à une personne francophone. Le résultat est que lorsque les dames se retrouvent lors de réunions, elles parlent français entre elles.
Le Club flamand réagit parfois très vivement à l'égard des étrangers. Par exemple, le président et/ou les secrétaires écrivent régulièrement cette lettre, en réponse aux lettres en français qu'ils reçoivent : Par respect pour les lois du pays, nous devons vous demander de contacter nous à partir de maintenant
je veux correspondre en néerlandais... Nous sommes en 1933. Comme déjà évoqué, le Club Flamand regroupe l'élite flamande à Bruxelles. Les activités organisées sont d'un haut niveau intellectuel
niveau réel. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de plaisir à s’amuser. Il arrive parfois qu'après une réunion, Rietgens, membre du club, invite tous les membres du club à danser et leur offre du champagne. Herman Teirlinck contribue également à la détente. En tant que président du conseil d'administration au cours de l'année 1929-1930, il offrit aux membres une revue «De Vlaamse Helicon», écrite et dirigée par lui-même.
L'intention est d'attirer à la fois les camarades joueurs et les membres du Club flamand. C'est un antidote au sérieux avec lequel les intellectuels flamands bruxellois doivent prendre toute l'année pour manifester leur flamande au monde extérieur.
L'Hélicon flamand est une contribution à la confession de soi et un avertissement pour ne pas devenir cancéreux dans une euphorie sans méfiance. Teirlinck aime vraiment diriger. De plus, il peut aussi compter sur la coopération quelque peu masochiste de ses victimes. Cela prouve que sa sérénité est acceptée comme une sagesse bienvenue par toutes les personnes présentes.
Willem Pelemans est responsable de l'accompagnement musical de l'ensemble
secrétaire du Club Flamand -- garant.
Les personnages apparaissant dans la pièce sont : Apollon, joué par un certain Jan Clerx ; Lucifer, August Vermeylen : Pegaas, R. Hoornaert De Fantasie, Maurice Roelants ; le directeur, Herman Teirlinck lui-même. Vous voyez : le Club Flamand des Arts, des Sciences et des Lettres est un club d'élite flamand. Les membres, en grande majorité des hommes, ont tous fait des études supérieures. Pourtant, même avec eux, l’arc n’est pas toujours tendu.

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Instagram
cropped-cropped-cropped-bg-01.png
bottom of page